Définition de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une méthode thérapeutique manuelle qui va déterminer et traiter les restrictions de mobilité de toutes les structures qui composent le corps humain.

Pour ce faire, l’ostéopathe va, grâce à ses connaissances anatomiques et physiologiques, prendre en charge le patient dans sa globalité. Par cette approche globale, dite holistique, l’ostéopathie permet de prévenir et de soigner de nombreux troubles viscéraux, osseux, musculaires, nerveux ou encore psychologiques.

Tout au long de notre vie, notre corps subit différentes contraintes (traumatismes, accidents de la route, maladie, troubles émotionnels,…) qui vont créer des blocages et des tensions, qui elles-mêmes vont créer des compensations au sein de l’organisme. Le corps va donc adapter ces variations de mobilité mais lorsque celles-ci sont trop importantes pour être adaptées, des douleurs, des gênes, ou des mauvais fonctionnements vont apparaître.

Le corps humain formant un tout, l’ostéopathe se doit de prendre en charge son patient dans sa globalité, c’est pourquoi au cours d’une consultation, la cause d’une symptomatologie peut se trouver à distance de la zone douloureuse et donc du motif de consultation.

Où consulter

L’ostéopathie est une pratique qui demande beaucoup de rigueur et de précision palpatoire. Pour ce faire, l’ostéopathe doit avoir suivi un cursus de formation au sein d’une école d’ostéopathie, en 5 années d’études minimum, et ce quel que soit son cursus préalable. Il doit par ailleurs avoir obtenu à la fin de ce cursus un Diplôme d’ostéopathie, qui lui confèrera le titre d’ostéopathe D.O.

Pour trouver un ostéopathe D.O quelle que soit la région, voici quelques associations ou sites internet :

La législation

Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé

www.legifrance.gouv.fr

Décret 2007-437 du 25 mars 2007 relatif à la formation des ostéopathes et à l’agrément des établissements de formation

www.legifrance.gouv.fr

Décret 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie

www.legifrance.gouv.fr

Décret n° 2008-1441 du 22 décembre 2008 relatif à l’usage du titre d’ostéopathe et à l’exercice de cette profession

www.legifrance.gouv.fr

Historique

Andrew Taylor Still est né en 1928, d’un père pasteur méthodiste itinérant également fermier et médecin. Il apprend la médecine auprès de son père et se perfectionne très tôt en anatomie grâce à des dissections.

Entre 1855 et 1859, il perd deux de ses enfants et son épouse, ce qui le révolte vis à vis de la médecine de l’époque.

Il se remarie en 1860 et aura de nouveau sept enfants. En 1861 la guerre de Sécession éclate et Still s’engage comme chirurgien (terme désignant alors tous les médecins engagés dans l’armée). Il constate que, sur le front, il y a plus de soldats tués par les suites de leurs blessures que par leurs blessures elles mêmes.

En 1864, Still perd de nouveau trois de ses enfants d’une méningite cérébro-spinale ; son impuissance le pousse à se remettre en question tant au niveau de sa pratique de la médecine que dans son engagement spirituel.

Durant les dix années qui suivent, Still recherche une autre voie, une autre manière de traiter et de prendre en charge les patients sans leur donner de nombreuses drogues qui intoxiquent le corps des patients (à l’époque les soins proposés sont le calomel, mélange de chlore et de mercure, les saignées, l’opium ou encore le whisky).

Il va s’intéresser à tous les systèmes mécaniques existants, ce qui lui démontrera que toutes les structures peuvent interagir entre elles et qu’elles peuvent également s’adapter à des contraintes différentes.

En 1874, au cours d’une épidémie de dysenterie, il parvient à sauver plusieurs enfants uniquement par des techniques manuelles ; il poursuit alors son étude de cette approche thérapeutique et élabore les concepts qui deviendront ceux de l’ostéopathie. Par la suite, il exerce de manière itinérante et finit par s’installer à Kirksville, dans le Missouri.

En 1892, il crée avec l’aide de son épouse et de ses trois fils (qui seront ses premiers étudiants) l’American Shool of Osteopathy. L’école délivre alors le titre de Diplomé en Ostéopathie (D.O) toujours reconnu par les ostéopathes.

A partir de 1898, Still se retire peu à peu de l’enseignement et de la pratique de l’ostéopathie et se consacre alors à l’écriture.

Still décèdera en 1917.

D’autres grands noms de l’ostéopathie ont côtoyé Andrew Taylor Still et ont même été formés par ce dernier. On peut citer John Artin Little John qui, après quelques divergence avec Still, va rentrer en Angleterre et fonder la British Shool of Osteopathie, ce qui lancera l’ostéopathie en Europe ; ou encore William Garner Sutherland qui va conceptualiser l’ostéopathie crânienne après plus de vingt de recherche.

En France, l’ostéopathie voit le jour avec Paul Geny en 1950 et subira de nombreuses années de procès et de lutte pour une certaine reconnaissance.

En 1973 Jean Josse, Régis Godefroy et Jean-Claude Lebertre créent le Collège Français d’Ostéopathie et André Brunel et Yves Lignon le Collège National d’Ostéopathie. Les deux écoles fusionnent et donne naissance à l’Institut William Garner Sutherland qui deviendra par la suite le Collège Ostéopathique Sutherland. De nombreuses autres écoles ont depuis vu le jour.

Quelques grandes dates :

  • 1993 législation sur l’ostéopathie en Grande-Bretagne.
  • 1998 législation sur l’ostéopathie en Belgique.
  • 2002 loi Kouchner reconnaissant l’ostéopathie en France.
  • 2007 décret d’application de la loi Kouchner.